top of page

8 mars : Une journée de lutte


8 mars : Une journée de lutte

Le 8 mars est la Journée internationale de la femme travailleuse, également connue sous le nom de Journée internationale de lutte pour les droits des femmes. C'est un jour où nous nous souvenons des femmes révolutionnaires qui nous ont précédées, qui se sont battues pour leurs droits et qui inspirent notre lutte. Clara Zetkin, une communiste allemande, a proposé la première Journée internationale de la femme travailleuse à la Conférence internationale des femmes socialistes en 1910. Cette journée avait pour but de commémorer les luttes des femmes de la classe ouvrière et de lutter pour le suffrage des femmes, l'égalité sociale et économique et la fin de l'exploitation et l'oppression. Mais la Journée internationale de la femme travailleuse est avant tout une journée de lutte, et la lutte pour les droits des femmes, en Belgique et dans le monde, est toujours aussi importante qu'il y a 100 ans.

Le capitalisme n'a rien à offrir aux femmes

Depuis ce temps, beaucoup de choses ont changé. Les hommes et les femmes sont égaux devant la loi et les femmes ont un taux de participation plus élevé au marché du travail. Pourtant, les femmes ne sont toujours pas libres. Les femmes, en particulier les femmes de la classe ouvrière, sont doublement exploitées : en tant que travailleuses et en tant que femmes. Pour chaque tranche de 1000 euros que gagnent les hommes, une femme ne reçoit que 769 euros pour le même travail. Au rythme actuel, l'écart salarial ne se comblera qu'en 2104. Les femmes sont plus susceptibles d'occuper des emplois peu rémunérés et précaires et sont touchées de manière disproportionnée par le chômage et la pauvreté. Seulement 66% des femmes sont économiquement indépendantes contre 77% des hommes. Les femmes reçoivent pas moins de 30 % de pension en moins. Un sur trois doit survivre avec une pension de 750 euros. Les femmes et les étudiants universitaires sont souvent confrontés à l'inégalité des chances et à la discrimination dans leur carrière universitaire. Les femmes trans sont exclues et discriminées dans notre société. De plus, les femmes sont victimes de violence sexiste, de sexisme et de discrimination. Une femme sur trois sera victime de violence dans sa vie. Il y a eu 24 cas de fémicides l'année dernière. Plus de la moitié des jeunes femmes âgées de 18 à 24 ans seront victimes d'inconduite sexuelle d'ici 2022.

Les politiciens et les intellectuels bourgeois soutiennent souvent que le féminisme est une question d'égalité entre les personnes, quelle que soit leur classe. Qu'en réformant la loi, en axant l'émancipation sur l'individu et en amenant plus de femmes aux postes de direction dans la politique et les affaires, tout ira bien. Cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité.

Ils ne voient pas qu'un petit groupe de femmes au sommet n'a rien de commun avec la majorité des femmes de la classe ouvrière. Ils ne voient pas que faire de tout un problème individuel ou blâmer les « problèmes culturels », les « cas individuels » et les « accidents » ne fait qu'alimenter le problème. Ils omettent de mentionner que le capitalisme reproduit des idées réactionnaires et sexistes sur les femmes. Les femmes de la classe capitaliste contribuent autant à l'oppression et à l'exploitation des travailleuses que les hommes capitalistes. A l'ouest, les femmes n'ont plus d'opportunités que parce qu'il y a plus de richesse grâce au pillage des pays les plus pauvres. Cela aussi est dissimulé par les féministes bourgeoises.

Ils ne disent pas que le système capitaliste et l'État dans les poches des capitalistes rendent la vie des travailleurs et des travailleuses misérable. La politique anti-ouvrière de l'UE, de l'OTAN et de l'État belge est la pratique actuelle que chaque femme subit. L'UE demande des coupes dans les plafonds des travailleurs depuis des années. Maintenant, ils tiennent la Belgique en otage pour que nous économisions sur les pensions. La ministre féminine Karine Lalieux (PS) a déjà prévu des astreintes telles que le rattachement du droit à la retraite minimale à l'exigence d'avoir effectivement travaillé pendant 20 ans, ce qui a pour conséquence qu'une grande partie des bénéficiaires, dont une grande majorité sont des femmes, perdrait le droit à la pension minimum. Cela leur coûtera en moyenne 440 euros par an. Le gouvernement Vivaldi refuse d'assouplir les lois sur l'avortement et de retirer l'avortement du code pénal. Le gouvernement flamand fait des économies sur le paquet de croissance, l'ancienne allocation familiale. Il y a une crise de la garde d'enfants en Flandre en raison d'années de coupes budgétaires. Le gouvernement Vivaldi durcit l'obligation de crédit-temps pour s'occuper de son enfant de 2 ans de travail à 3 ans de travail et réduit le nombre d'heures de 51 à 48 mois, ce qui touche principalement les femmes. Les emplois flexibles sont étendus à davantage de secteurs, ces emplois peu rémunérés étant principalement des entreprises qui embauchent des femmes pour réduire les coûts de main-d'œuvre. En raison de la politique répressive d'asile et de migration, les femmes réfugiées et migrantes vivent dans de mauvaises conditions et les femmes issues de l'immigration sont régulièrement confrontées au racisme et à la discrimination. L'inflation provoquée par la crise capitaliste et la fixation des prix par les monopoles crée de l'insécurité et de la pauvreté pour les familles de travailleurs et donc aussi pour les femmes.

Le capitalisme n'a qu'un seul but, assurer un maximum de profit. Le système capitaliste dépend de l'exploitation des travailleuses et des travailleurs pour générer des profits pour la classe dirigeante. Cette exploitation est basée sur la division du travail selon les sexes et les classes et la propriété privée des moyens de production par quelques-uns, qui affectent les femmes et les travailleurs à des emplois mal rémunérés et précaires. De plus, selon la logique capitaliste, les services tels que les soins de santé, la garde d'enfants, les centres de soins résidentiels, etc. ne sont accessibles qu'à ceux qui peuvent se le permettre, à une qualité qui dépend de leur prix. Les femmes de la classe ouvrière qui ne peuvent pas se le permettre sont obligées de s'occuper de leurs proches en tant que mères, soignantes, etc. Parce que le système capitaliste donne la priorité au profit, tout ce qui n'est pas rentable n'est pas une priorité. Tous les services publics doivent être coupés ou privatisés. Les travaux domestiques non rémunérés tels que la cuisine, le nettoyage et les soins aux enfants sont donc à la charge des femmes. Les femmes qui doivent travailler pour subvenir aux besoins de leur famille sont arrachées à leurs enfants par manque de temps. En raison des coupes dans la justice, du manque de lignes directes et de soutien aux victimes, le sexisme est minimisé et à peine combattu. l'individualisme extrême de la société, le viol et la violence s'expliquent souvent par des problèmes avec la personne, ou le blâme est mis sur les victimes. Les femmes n'osent pas porter plainte et celles qui le font ne sont souvent pas aidées. La sexualisation des femmes dans la publicité, la pornographie et les médias à but lucratif a vu les femmes comme des objets et des inférieures. Le capitalisme a toujours utilisé la stratégie du « diviser pour mieux régner ». Avec le racisme, le sexisme, l'homophobie, etc., ils divisent la classe ouvrière pour nous empêcher de combattre ensemble le capitalisme. Du point de vue marxiste, la lutte pour les droits et l'émancipation des femmes contre la division et l'oppression fait partie de la lutte pour renverser le capitalisme.

Le Parti Communiste de Belgique reconnaît l'importance de la lutte pour l'émancipation des femmes dans la lutte générale contre le capitalisme. Le parti soutient la lutte des femmes pour l'égalité salariale, l'égalité des chances et l'égalité de traitement sur le lieu de travail. Le parti se bat également pour des mesures de soutien aux femmes, telles que la garde gratuite des enfants, le congé parental payé et l'accès aux soins de santé et à l'éducation. Une société fondée sur la propriété privée et la production capitaliste est incompatible avec les revendications des droits des femmes. Ils ne peuvent pas être remplis par des gouvernements ou des entreprises capitalistes. Le capitalisme est intrinsèquement anti-femme.

Lutte des femmes au niveau international, contre l'impérialisme et la guerre

Non seulement en Belgique, mais dans le monde entier, les femmes se battent pour leurs droits. Les femmes sont contraintes à la prostitution, elles sont victimes de mutilations génitales, elles n'ont pas un accès égal à l'éducation, elles ont moins de droits dans la vie sociale et politique, etc...

Aux États-Unis, des femmes se battent contre la criminalisation de l'avortement. En Iran, il y a une résistance massive aux politiques médiévales sexistes du régime théocratique. Les femmes kurdes sont un groupe important dans la lutte contre le régime turc. En Palestine, les femmes sont victimes de l'apartheid et de la colonisation par Israël. En Amérique du Sud, les femmes luttent contre la culture « machiste », la violence sexiste et le fémicide. Dans de nombreux pays du monde, les femmes sont victimes du terrorisme. Les conséquences du réchauffement climatique causé par la production capitaliste frappent durement les femmes des pays du Sud.

Le capitalisme à son stade le plus élevé, l'impérialisme, provoque la guerre dans le monde entier dans un conflit entre différents intérêts monopolistes. En Ukraine, ce sont les fils et les maris des femmes ukrainiennes et russes qui sont sacrifiés par les impérialistes russes et occidentaux. Dans les guerres en Ukraine, au Yémen et en Syrie, les femmes sont victimes de violences et de viols. Les guerres commerciales et la concurrence entre les pays impérialistes dans la lutte pour l'hégémonie économique ne feront qu'aggraver la misère.

Le socialisme est la seule solution

Les femmes n'ont pas toujours été inféodées aux hommes. Dans les sociétés antérieures, les hommes et les femmes étaient égaux. L'inégalité entre les hommes et les femmes n'est apparue qu'avec la poursuite de la division du travail entre les classes et entre les hommes et les femmes et la transformation des tâches ménagères du travail social au travail domestique individuel. Cela signifie que cette inégalité ne doit pas exister. L'histoire de la construction du socialisme au XXe siècle nous montre quelles opportunités le renversement du mode de production capitaliste offre aux femmes. Malgré les mensonges sur les pays socialistes, ces pays sont classés numéro 1 en termes de droits des femmes. Dans une économie socialiste, les femmes ont la possibilité d'être économiquement indépendantes selon les principes de planification et de propriété collective. Toute personne a droit à un travail permanent et à temps plein. Plus de 50% des membres élus du parlement cubain sont des femmes. En Union soviétique en 1928, il y avait déjà 6 femmes au gouvernement. En Belgique, il n'y a même pas eu de suffrage universel pour les femmes jusqu'en 1948. L'avortement a été définitivement décriminalisé en 1955. Des investissements massifs ont été faits dans des services sociaux gratuits et bon marché tels que des crèches, des laveries, des restaurants dans les entreprises et des soins de santé, de sorte que non pas les femmes individuellement, mais la société dans son ensemble était tenue responsable de la lessive pour les tâches ménagères. Les femmes n'étaient pas considérées comme un objet sexuel pour le marketing, les médias et la pornographie. Les femmes étaient valorisées de manière égale et il y avait plus de sécurité, de sorte que les fémicides, la violence sexiste et les comportements transgressifs se produisaient à peine.

“La soumission des enfants et de la mère à l'autorité du père, qui prépare la soumission de chacun à l'autorité du chef, est déclarée morte. Le couple s'engage volontairement à rechercher le plaisir commun. La Commune proclame la liberté de naissance : le droit à l'information sexuelle dès l'enfance, le droit à l'avortement, le droit à la contraception. Puisque les produits n'appartiennent plus à leurs parents. Ils vivent ensemble dans leur maison et décident de leur propre vie.”

-Décrets de la Commune de Paris, article 12, 1871

La lutte pour les droits des femmes et la lutte pour le socialisme sont historiquement étroitement liées. Les femmes ont toujours joué un rôle crucial dans les mouvements révolutionnaires, de la Commune de Paris à la Révolution russe. Dans de nombreux cas, les femmes étaient la force motrice derrière ces mouvements, organisant et agitant pour le changement. L'engagement des femmes dans les mouvements socialistes et communistes s'est souvent heurté à la résistance et à l'hostilité, mais elles ont persévéré et se sont battues pour leur place dans la lutte de libération. Le Parti communiste de Belgique est également à l'avant-garde de la lutte pour les droits des femmes tels que l'égalité salariale, le suffrage universel des femmes et le droit à l'avortement depuis des décennies.

Nous appelons à critiquer les politiques des gouvernements bourgeois et du système capitaliste. Nous appelons toutes les femmes actives, chômeuses, retraitées et étudiantes à s'opposer aux politiques d'austérité et d'exploitation incompatibles avec leurs revendications. Lutte contre les gouvernements bourgeois, l'UE, l'OTAN, les monopoles et le système capitaliste. Un gouvernement stable signifie instabilité, exploitation, austérité et mesures contre la classe ouvrière. Une UE stable signifie davantage de sanctions et de politiques antidémocratiques imposées au nom des monopoles. Une OTAN stable signifie plus de guerre et un monde moins sûr.

En bref, la Journée internationale de la femme travailleuse est une journée de lutte et de solidarité pour les travailleuses du monde entier. Ce n'est qu'ensemble, organisés en classe, que les travailleuses et les travailleurs peuvent renverser la société capitaliste et le mode de production de l'exploitation, de la division et de la guerre. Ce n'est que par la lutte révolutionnaire que nous pouvons créer une société où tout le monde, sans distinction de sexe ou d'origine, peut vivre ensemble dans la paix et la démocratie. Pour le socialisme-communisme!


42 vues0 commentaire
bottom of page