Allemagne : les années sombres reviennent.

Dernière mise à jour : août 16

Le Parti Communiste de Belgique condamne fermement l’interdiction de se présenter aux élections fédérales allemandes de septembre 2021 et la déchéance de son statut politique adressées au Deutsche Kommunistische Partei - DKP Parti Communiste Allemand par le président de la Commission électorale. C’est une nouvelle étape anticommuniste au centre même de l’Union européenne qui vise à interdire et empêcher toutes organisation et luttes populaires contre le système capitaliste, notamment par un étranglement financier. Ce n’est pas la première fois que les communistes allemands sont victimes de la répression de l’État bourgeois, de l’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht à l’interdiction du KPD en 1933 par le nazisme et en 1956 par l’Allemagne fédérale de Konrad Adenauer au plus fort de la guerre froide. Connue sous le nom de KPD-verbot toujours en vigueur, elle empêchait par exemple tout membre du KPD d’être fonctionnaire en Allemagne de l’Ouest. Il y eut également de nombreux procès.

La récente décision bureaucratique d’une commission dans laquelle siège des représentants du Parti d’extrême-droite « Alternative für Deutschland » intervient également après la motion anti-communiste du Parlement Européen en 2019, après des interdictions de signes et partis communistes et répressions dans les anciennes démocraties populaires de l’est. Ces campagnes anticommunistes s’accompagnent d’une bienveillance des autorités européennes et nationales vis-à-vis du fascisme-nazisme dans un moment d’approfondissement de la crise du capitalisme et d’aggravation des conditions de vie et de travail pour la classe ouvrière. L’action des communistes fait peur à la bourgeoise.

Nous exprimons notre solidarité aux camarades allemands et au DKP et exigeons la levée immédiate de ces décisions anticommunistes.

La lutte ne sera pas interdite.

Le Comité Central du Parti Communiste de Belgique (PCB-CPB)

1 vue0 commentaire