EN PREMIÈRE LIGNE, LA LUTTE POUR LA SANTÉ, LE TRAVAIL ET LES AUTRES DROITS DE LA CLASSE OUVRIÈRE

[COMMUNIQUÉ CONJOINT DES PARTIS COMMUNISTE ET OUVRIER

]

Un an s'est écoulé depuis le déclenchement de la pandémie de Covid-19, qui a également agi comme un catalyseur de l'aggravation de la crise capitaliste, apportant beaucoup de souffrance à la classe ouvrière et aux autres couches populaires du monde entier. Plus de 100 millions de personnes sont tombées malades, plus de 2 millions ont perdu la vie, des millions d'autres ont été confrontées à la détérioration dramatique de leurs conditions de vie et aux impasses sociales du capitalisme, comme le chômage, l'aggravation de l'exploitation et la répression.

Les partis communiste et ouvrier signataires de cette déclaration commune souhaitent tout d'abord exprimer leur solidarité avec les personnes touchées par la pandémie de Covid-19, celles qui ont perdu des proches, celles qui sont tombées malades ; et adresser leurs plus sincères remerciements aux médecins, aux infirmiers, au personnel des hôpitaux et des unités de santé qui, depuis un an maintenant, mènent ce combat, en affrontant de grandes difficultés.

Au cours de cette année, les problèmes aigus des soins de santé primaires et des hôpitaux, la pénurie de personnel médical et infirmier, d'unités de soins intensifs (USI) et de moyens de protection nécessaires, dus au manque de financement, à la commercialisation et à la privatisation des services de santé nationaux et de la production médicale et pharmaceutique, qui s'expriment de façon tendancielle dans tout le monde capitaliste, se manifestent de façon dramatique. Dans le même temps, les groupes monopolistiques et les entreprises pharmaceutiques, qui ont accru leur rentabilité, récoltent des milliards, tandis que les médicaments, les fournitures médicales, les vaccins et la recherche aux mains du grand capital deviennent des objets de profit, accentuant les inégalités entre les pays et les contradictions géopolitiques. L'intensification de la concurrence pour la production et la distribution de vaccins et de médicaments, les retards dans la mise au point des vaccins nécessaires, les exclusions et la non-divulgation des contrats avec les industries pharmaceutiques, expriment les impasses du système capitaliste exploiteur qui fonctionne sur la base du profit des groupes monopolistiques. L'importance de la lutte pour les droits des travailleurs et des peuples, de la nécessité du socialisme, qui peut mettre le potentiel scientifique et technologique contemporain au service des besoins populaires, est soulignée.

Les partis communiste et ouvrier saluent les luttes des travailleurs de la santé, ainsi que de tous les travailleurs, agriculteurs et indépendants, qui exigent des mesures pour assurer leurs revenus et protéger leur santé.

Nous dénonçons les gouvernements qui, dans des conditions de pandémie, légifèrent de nouvelles mesures anti-populaires et anti-ouvrières, et qui remettent le fardeau de la crise sur les épaules des travailleurs et des peuples tout en réprimant leur lutte contre l'autoritarisme et la répression policière.

Nous, les partis communiste et ouvrier, poursuivons notre lutte. Nous exigeons dans chaque pays des services de santé publique gratuits et universels et des mesures substantielles pour lutter contre l'épidémie, pour protéger la santé et la vie des populations : - Renforcement immédiat des services de santé publique grâce au financement de l'État, embauche de personnel médical et infirmier permanent de plein droit. Répondre à tous les besoins des unités de soins intensifs (USI) et des infrastructures nécessaires au bon fonctionnement des services de recherche et de santé publique.

- Une vaccination plus rapide des populations de tous les pays, avec des vaccins efficaces, sûrs et gratuits, sans exclusion dans l'approvisionnement en vaccins, comme cela se fait au détriment des populations des pays capitalistes moins développés. Abolition des brevets sur les vaccins et tous les autres produits pharmaceutiques nécessaires qui peuvent aider à faire face à la pandémie.

- Mise à disposition immédiate, gratuite et universelle de tous les moyens de précaution et de protection nécessaires (masques, gants, gels désinfectants, etc.), ainsi que des tests de diagnostic pour les personnes, par l'État.

- Soutenir les revenus et les droits des couches populaires et ouvrières. Protection des chômeurs, intensification de la lutte contre le capital et ses porte-parole politiques, qui tentent de piétiner encore plus les droits du travail et les droits démocratiques, les salaires et les pensions, les assurances. Mesures de protection des travailleurs sur leur lieu de travail, dans les transports publics, les écoles et les universités.

- Aucune restriction des droits démocratiques des peuples sous le prétexte du coronavirus.

- Intensifier la lutte contre les interventions impérialistes, et mettre immédiatement fin à toutes les sanctions et mesures de blocus économique qui, dans des conditions de pandémie, sont encore plus injustes et criminelles, comme le blocus criminel de l'impérialisme américain contre Cuba et le Venezuela, et retirer l'action américaine inacceptable qui remet Cuba sur la liste américaine des soi-disant "États commanditaires du terrorisme".

- Nous disons non aux interventions impérialistes et aux exercices militaires, tels que ceux de l'OTAN, et nous exigeons que les ressources nécessaires soient fournies et que les systèmes nationaux de santé publique et de sécurité sociale soient financés de manière adéquate.

©2020 par pcb-cpb.be. Créé avec Wix.com