Intervention de J. Hannotte Morais, Secrétaire politique du PCB-CPB, à l'occasion du 1er mai

Au nom du Parti Communiste de Belgique - Communistische Partij van België, nous saluons l'initiative de #1ermai en lutte. Il était en effet important de reprendre en cette journée historique de la lutte des travailleurs, la rue, le combat.

Les derniers mois ont montré qu'il n'y avait pas et qu'il n'y aura jamais d'unité nationale avec nos exploiteurs. La séquence autour de l'accord interprofessionnel (AIP) a montré qu'il n'y a rien à négocier avec le patronat. Il n'y a rien à attendre non plus de la reprise en main aujourd'hui des négociations par un gouvernement à la solde de la bourgeoisie et du grand capital.

Camarades, c'est cette même bourgeoisie qui ne crée que misère et chômage, qui tire profit de la pandémie par une plus grande concentration de capital et par la mainmise sur la production des vaccins. C'est pourquoi nous avons lancé un appel avec 55 autres partis communistes et ouvriers du monde entier (#SolidNet) pour la levée des brevets sur les vaccins, pour que la production soit aux mains des travailleurs.

Face à l'arrogance du patronat, ce n'est que par la lutte que nous conquerrons nos droits, nos augmentations de salaire, la réduction collective du temps de travail, notre santé et notre avenir. Et cette lutte ne peut être que classe contre classe.

Camarades, le 1er mai est aussi une journée de lutte internationale. Alors que les menaces de guerre, de l'OTAN, au Donbass et que les tensions inter-impérialistes augmentent, nous exprimons notre solidarité avec les peuples en lutte contre l'impérialisme, avec le peuple palestinien, avec les peuples d'Afrique contre les troupes françaises et belges d'occupation au Mali. Nous saluons aussi l'héroïsme de #Cuba socialiste qui résiste depuis 60 ans au blocus de l'impérialisme étasunien et continue de montrer la véritable solidarité internationale avec l'envoi de brigades de médecins dans le monde entier.

Camarades, pour notre santé, pour bâtir une nouvelle société où nous déciderons pour et par nous-mêmes et où nos besoins seront satisfaits, nous affirmons aux côtés des syndicats de lutte et de classe et de la Fédération Syndicale Mondiale, que l'avenir réside dans nos luttes.

Luttons et organisons-nous dans un front unique de tous les travailleurs avec ou sans emplois, avec ou sans papiers, un front anticapitaliste antiimpérialiste et antifasciste pour le socialisme et la paix.

Vive le 1er mai!