100 ANS APRÈS : POURSUIVONS LA LUTTE POUR LA RÉDUCTION COLLECTIVE DU TEMPS DE TRAVAIL

Mis à jour : juil. 16

LA LUTTE POUR LA RÉDUCTION COLLECTIVE DU TEMPS DE TRAVAIL EST UN COMBAT HISTORIQUE DU MOUVEMENT OUVRIER ! POURSUIVONS LA LUTTE CONTRE L'EXPLOITATION CAPITALISTE]

Il y a 100 ans, le 14 juin 1921 la loi des 8 heures de travail journalier était adoptée. Elle rencontrait les revendications et la lutte historiques du mouvement ouvrier pour les 3x8h (8h de travail, 8h de loisirs, 8h de repos) qui fait partie de la lutte générale contre l'exploitation capitaliste. L'adoption des 8h, dès 1917 au lendemain de la Révolution d'Octobre, par les bolcheviques dans la jeune République Soviétique a également joué un rôle d'exemple et d'espoir pour les travailleurs et de pression sur nos exploiteurs.

Aujourd’hui, force est de constater qu’il ne suffit pas de commémorer cette avancée historique pour la classe ouvrière qui n’a été gagnée que par la lutte et la grève. En effet, dans de nombreux secteurs les 8h ne sont déjà pas respectées. En plus au-delà des salaires et des conditions de travail, c’est le temps de travail, au cœur de la relation d’exploitation, au cœur de la relation capital-travail, qui est la cible des attaques du patronat. Les capitalistes cherchent à maintenir ou à augmenter leurs profits en augmentant le temps où nous produisons de la valeur et donc de la plus-value pour eux.

L’accord interprofessionnel (AIP) de la semaine dernière qui prévoit une très forte augmentation des heures supplémentaires sans sursalaire et sans compensation ni récupération en est une illustration tout comme le projet de loi du gouvernement grec de passer la journée de travail de 8h à 10h.

C’est par la lutte et la résistance que nous maintiendrons et conquérons de nouveaux droits ! Poursuivons la lutte pour la réduction collective du temps de travail avec embauche compensatoire et augmentation des salaires, vers les 30h mais ne limitons pas notre lutte à un aspect de l'exploitation capitaliste. Luttons contre tous ceux-ci, luttons pour défendre nos salaires, en ce compris la sécurité sociale. Luttons pour le renversement de ce système qui veut nous ramener au XIXe siècle ! Ne soyons pas les esclaves des temps modernes !