Solidarité avec le Parti Communiste de Pologne / Solidariteit met de KPP

Mis à jour : 26 déc. 2020

[NL] Ce lundi après-midi, une délégation de notre parti et du KKE en Belgique s'est rendue devant l'ambassade de Pologne à Bruxelles pour s'opposer à la nouvelle tentative d'interdiction de notre parti frère, le Parti Communiste de Pologne (KPP Komunistyczna Partia Polski)

Depuis plusieurs années, le KPP, sa presse et ses militants subissent une répression de la part des autorités polonaises. Cette répression s'est exprimée par la révision de l'article 256 de la Constitution et par plusieurs procès sous le faux prétexte de promotion du totalitarisme. Nos camarades du journal "Brzask" avaient déjà été acquittés l'an passé avant que les autorités polonaises ne fassent appel.

Aujourd'hui, c'est le ministre de la Justice et en même temps procureur général (dans une véritable remise en cause de la séparation des pouvoirs), Zbigniew Ziobro, membre du parti d'extrême-droite "Pologne Solidaire", qui a introduit une demande à la Constitutionnelle pour rendre illégales les activités du KPP.

Ces attaques répétées s'inscrivent dans la liquidation de l'héritage de la Pologne populaire mais surtout dans la crise du capitalisme qui cherche à étouffer toute contestation populaire et en particulier les organisations révolutionnaires et d'avant-garde de la classe ouvrière. Ces attaques anticommunistes reflètent enfin l'idéologie officielle de l'Union européenne qui s'est réaffirmée dans la résolution du Parlement européen de septembre 2019.

Cette résolution sert aujourd'hui les forces les plus réactionnaires comme en Slovaquie dernièrement contre l'ancien Parti Communiste de Tchécoslovaquie et le Parti Communiste de Slovaquie jugés organisations criminelles. Elle sert encore les héritiers du franquisme en Espagne qui ont vainement tenté au parlement d'interdire le communisme. Au Brésil, le fils du président Bolsonaro a également tenté de déposer une loi dans la lignée de la résolution européenne. Celle-ci assimile le communisme au fascisme/nazisme pour mieux nous criminaliser et mieux disculper le second.

Nous réaffirmons notre solidarité avec nos camarades de Pologne qui depuis 2002 et la fondation du KPP continuent à mener la lutte pour renverser ce système barbare. Ils sont aux côtés des femmes et des hommes prolétaires dans la rue contre les politiques antipopulaires, antiouvrières et antifemmes du gouvernement polonais du PiS (Droit et Justice).

Le révisionnisme et l'anticommunisme ne passeront pas!


[NL] Afgelopen maandagmiddag ging een delegatie van de Communistische Partij van België en de KKE in België naar de Poolse ambassade in Brussel om zich te verzetten tegen de nieuwe poging om onze zusterpartij, de Communistische Partij van Polen ( KPP Komunistyczna Partia Polski)


De KPP, haar pers en haar activisten worden al jaren onderdrukt door de Poolse autoriteiten. Deze repressie kwam tot uiting door de herziening van artikel 256 van de Grondwet en door verschillende processen onder het valse voorwendsel over het bevorderen van totalitarisme. Onze kameraden van de krant "Brzask" waren vorig jaar al vrijgesproken voordat de Poolse autoriteiten in beroep gingen.


Vandaag is het de minister van Justitie en tegelijkertijd procureur-generaal (waardoor de scheiding der machten in vraag wordt gesteld), Zbigniew Ziobro, lid van de extreemrechtse partij "Poland Solidaire", die een grondwettelijk verzoek heeft ingediend om de activiteiten van de KPP illegaal te maken.


Deze herhaalde aanvallen maken deel uit van de liquidatie van het erfgoed van de Volksrepubliek Polen, maar vooral van de crisis van het kapitalisme, waardoor men elk volksprotest probeert te onderdrukken en in het bijzonder de revolutionaire en voorhoede-organisaties van de arbeidersklasse. Deze anticommunistische aanvallen weerspiegelen eindelijk de officiële ideologie van de Europese Unie, die opnieuw werd bevestigd in de resolutie van het Europees Parlement van september 2019.


Deze resolutie dient vandaag de dag de meest reactionaire krachten, zoals onlangs in Slowakije, de aanval tegen de voormalige Communistische Partij van Tsjecho-Slowakije en de Communistische Partij van Slowakije die als criminele organisaties worden beschouwd. Het dient nog steeds de erfgenamen van het Franco-isme in Spanje die in het parlement tevergeefs hebben geprobeerd het communisme te verbieden. In Brazilië probeerde de zoon van president Bolsonaro ook een wet in te voeren die in overeenstemming was met de Europese resolutie. Dit stelt communisme gelijk aan fascisme/nazisme om ons beter te kunnen criminaliseren en de tweede beter te kunnen vrij pleiten.


We bevestigen onze solidariteit met onze kameraden in Polen, die sinds 2002 en de oprichting van de KPP de strijd blijven voeren om dit barbaarse systeem omver te werpen. Ze staan ​​naast proletarische vrouwen en mannen op straat tegen het anti-volkse, anti-arbeiders- en anti-vrouwenbeleid van de Poolse regering van PiS (Wet en Rechtvaardigheid).


Revisionisme en anticommunisme zullen er niet doorkomen !


©2020 par pcb-cpb.be. Créé avec Wix.com