[Solidarité avec les travailleurs d’Engie Fabricom en grève ces 12, 15 et 16 février]


6 travailleurs sur les 400 de Fleurus et Ans ont été licenciés sur le champ dans « une restructuration déguisée pour rendre la mariée plus belle en vue d’une vente des activités de service d’Engie » selon le délégué CSC du site d’Ans.

Pour nous il faut en effet replacer ces licenciements dans le cadre des opérations des monopoles de l’énergie en France. Engie, qui possède l’ancienne Electrabel, fait partie du monopole GDF-Suez. Or, il y a une OPA en cours depuis août 2020 de Veolia sur GDF-Suez en vue de constituer un grand monopole de l’eau, de la propreté et des services énergétiques. Nous renvoyons vers l’analyse de nos camarades du Parti Communiste révolutionnaire de France sur cette OPA (https://pcrf-ic.fr/OPA-Veolia-Suez-NON-a-la-loi-des). Déjà en octobre dernier, les métallos, inquiets, avaient manifesté devant le siège d’Engie à Bruxelles.


Il est clair que la concurrence libre et non faussée est un mythe et n'apporte pas la qualité ni le prix attendu par la population. La seule réponse pour les travailleurs sera de lutter contre l'application des directives européennes de mise en concurrence, le rétablissement du monopole public avec contrôle ouvrier de la production, de la maintenance et de la distribution de l'énergie.

Pour un front unique de classe. Pour un futur socialiste

0 vue0 commentaire

©2020 par pcb-cpb.be. Créé avec Wix.com