TOUS ET TOUTES À LA MANIFESTATION DE LA SANTÉ EN LUTTE

TOUS ET TOUTES À LA MANIFESTATION DE LA SANTÉ EN LUTTE : Les travailleurs et travailleuses du secteur de la santé mènent une lutte juste et digne ! Pour la nationalisation du secteur de la santé



La faillite du capitalisme est rendue très visible par la pandémie COVID.

Le capital a fait de la santé une marchandise : les hôpitaux et les maisons de repos et de soins sont gérés comme des entreprises privées où la priorité est de maîtriser les coûts et générer des dividendes, en oubliant l'humain. C’est dans ce cadre, que la pandémie COVID a été très mal combattue parce que le gouvernement a avant tout privilégié la «reprise de la croissance de l'économie», au service donc de la concurrence pour gagner des parts de marché et des bénéfices. Si les travailleurs et travailleurs et les petits indépendants crèvent littéralement, par contre, c'est le jackpot pour la plupart des grosses sociétés! C'est pourquoi, dans les hôpitaux, tout a été axé sur «la réduction des admissions en Soins Intensifs», sans réelle gestion de la pandémie et sans efforts pour accroître le nombre de lits et de personnel, tout en sacrifiant des patients et patientes « non covid » mis « en attente » dont l'état de santé s'est dégradé. Par contre, ce qui a fort augmenté, est le degré d'exploitation des travailleurs et travailleuses des hôpitaux, des maisons de santé et de soins et de repos engendrant ainsi en cascade les burn-out, les licenciements, les départs... démontrant une nouvelle fois le caractère inhumain du système capitaliste


Seule solution pour la santé : la nationalisation du secteur de la santé avec la gestion par et pour la classe des travailleuses et travailleurs.


Depuis 1975 et l'aggravation importante de la crise générale du capitalisme.... , d'importantes coupes ont été réalisées dans le secteur de la santé, avec comme «alibi»: «la lutte contre la surconsommation». Mais l’(éventuelle) «surconsommation» est motivée par la «médecine PAYÉE par PRESTATION» et la recherche acharnée du profit maximum des monopoles pharmaceutiques et ceux du matériel médical. Par exemple, les vaccins ont été développés et produits grâce à un gigantesque financement public, mais les bénéfices de leur production font l’objet d’une accaparation par les sociétés pharmaceutiques (Big Pharma), qui entrent en concurrence pour la vente de LEUR vaccin et le maintien de leurs brevets. De plus, l'Union Européenne les soutient en verrouillant le marché et en excluant les vaccins « exotiques »... Dans ce cas-ci, ils en oublient même la «concurrence libre et non faussée»... La revendication des travailleurs et travailleuses de la santé pour la levée des brevets sur les vaccins et sur la production pharmaceutique, appuyée par 56 partis communistes et ouvriers du monde, est essentielle. Cependant, cela ne pourra se réaliser qu'en sortant de ce système prédateur.


Cette crise du COVID montre également que tous les travailleurs et travailleuses (de TOUS les secteurs) ont intérêt à lutter pour un secteur de la santé collectif et public, basé sur une politique en fonction des besoins de l'ensemble de la population et NON en faveur des profits du capital privé. Lutter pour la fin de la tarification à l'acte et de l'exclusion des pauvres. Pour que le secteur de la santé soit organisé au bénéfice de tous les travailleurs et usagers qui doivent en prendre le contrôle. Pour y arriver, il faut qu’ils en détiennent la propriété collectivement.

Le Parti Communiste de Belgique soutient qu'un autre fonctionnement du système de santé ne peut se fonder que sur le combat pour l'expropriation des capitalistes. Donc, pour la santé de tous et toutes, il faut briser le pouvoir du capital maintenu par l’État bourgeois et les institutions capitalistes et impérialistes telles que l'Union Européenne, le FMI,….


Cette bataille doit être menée par la classe de tous les travailleurs et travailleuses et de tous les secteurs. Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !

0 vue0 commentaire